Programme de la GIZ à Madagascar

La GIZ intervient à Madagascar depuis 1982 pour le compte du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Actuellement, elle soutient cinq projets à Madagascar et emploie 35 spécialistes malgaches et 11 experts allemands/internationaux ainsi que des consultants et spécialistes techniques.

La grande pauvreté dans les zones rurales, la faible productivité de l’agriculture et la protection de l’environnement sont des thèmes envisagés par la GIZ.

Les régions Androy, Anosy et le Sud de l’Atsimo-Atsinanana sont parmi les plus pauvres de l’île. Géographiquement isolée, cette zone est régulièrement exposée aux catastrophes naturelles et la population fait face à des difficultés alimentaires sévères. Selon l’Unicef, 68 % des ménages dans ces régions souffraient d’insécurité alimentaire en 2011. Malgré une population majoritairement agricole, la production reste insuffisante. De plus, l’état des infrastructures fait défaut à la région. Avec son projet « Résilience par Chaînes de Valeurs « la GIZ envisage ces défis et soutient le développement durable de la région.

Dans le blogue

Le projet

L’objectif général du projet est d’améliorer la résilience de la population rurale face à l’insécurité alimentaire en augmentant leur revenu à travers la promotion des chaînes de valeur Ricin, Miel, Haricot et Caprin. La GIZ contribue au développement économique dans les régions Androy, Anosy et Atsimo Atsinanana et vise surtout à intégrer des ménages vulnérables dans ces chaînes, notamment les ménages dirigés par les femmes. La GIZ a sélectionné des filières à haut potentiel et souhaite les adapter aux changements climatiques.

(c) Haffeejee / GIZ

Les producteurs dans les zones rurales rencontrent fréquemment des difficultés à commercialiser leurs produits. Il n’y a pas de partenariat formel entre les opérateurs et les producteurs. Cela vient du fait que souvent les producteurs ne connaissent pas les entreprises existantes. En outre un manque de sens de l’organisation rend une conclusion des conventions collectives avec des producteurs difficile.

La culture de négociation n’est pas particulièrement prononcée. Il est nécessaire de l’améliorer afin que les entreprises puissent gérer la qualité et la quantité des produits agricoles. Dans les conditions existantes, les producteurs doivent accepter de vendre leurs produits à un prix plus bas qu’attendu. Donc, un élément clé de l’approche de la GIZ est la mobilisation des acteurs privés et leur mise en relation avec les producteurs ruraux dans l’intérêt de deux parties. D’une part les producteurs bénéficient d’une professionnalisation et adaptent leur production aux besoins d’entreprises. Cela leur permet d’augmenter leurs revenus grâce aux nouveaux débouchés. D’autre part, les entreprises stabilisent leur approvisionnement en matière première et peuvent ainsi réaliser des gains importants.

Cette façon d’améliorer les revenus agricoles se distingue essentiellement des approches traditionnelles. Au lieu de seulement appuyer la production, puis constater qu’il n’existe pas de débouchés, la GIZ commence en amont de la chaîne. L’identification des débouchés constitue donc une des premières étapes réalisées dans le cadre du projet. Sur la base de plus de 60 propositions déposées par des entreprises et des organisations paysannes ainsi que des études de marché préalables, le projet a identifié quatre filières prometteuses à promouvoir: Le ricin, le miel, le haricot et le caprin.
Pour la réussite du projet, la création de partenariats entre producteurs et opérateurs privés est un élément essentiel. Dès le début, les autorités régionales ont pris en charge certaines responsabilités telles que l’établissement d’un plan de développement de la chaîne de valeur. Cela permet d’harmoniser les visions, de clarifier les responsabilités et créer des synergies.

Les objectifs

La sécurité alimentaire des ménages ruraux du sud de Madagascar s’est améliorée et plus particulièrement les ménages les plus vulnérables sont plus résilients à l’égard des changements climatiques. Le projet et son succès sont mesurés à travers des indicateurs suivants :

  • Au moins 20.000 ménages mettent en œuvre des nouvelles activités génératrices de revenus dans les quatre chaînes de valeurs appuyées par le projet ; 15% des ménages ciblés sont des ménages où les femmes sont responsables pour subvenir aux besoins de la famille
  • Augmentation de la production, en tonnes/litres de produit, de la filière appuyée
  • Au moins 15.000 ménages dans la zone d’intervention du projet ont augmenté de 30% leurs revenus issus de la vente des produits des filières appuyées par le projet entre 2013 et 2016 (15% des ménages ciblés seront des ménages où les femmes sont responsables pour subvenir aux besoins de la famille).

L’aperçu du projet

CadreASARA (Amélioration de la Sécurité Alimentaire et Augmentation des Revenus Agricoles)
Zone d’interventionAndroy, Anosy, Atsimo-Atsinanana
BailleursUnion Européenne (UE) : 4 Mio. €
Coopération allemande (BMZ) : 2,21 Mio. €
ObjectifL’objectif général du projet est d’améliorer la résilience de la population rurale face à l’insécurité alimentaire.
Indicateurs– 20.000 ménages sont intégrés dans les chaînes de valeur, dont 3.000 sont dirigés par des femmes
– 15.000 ménages attestent que leurs revenus ont augmenté au moins de 30 % entre 2013 et 2016 grâce à l’intégration dans les chaînes de valeur Ricin, Miel, Caprine et Haricot/Niébé
Bénéficiaires20.000 ménages ruraux, dont 3.000 sont dirigés par des femmes
Résultats attendus– Des partenariats avec les opérateurs privés sont établis afin de développer les filières prometteuses
– Le professionnalisme des producteurs est amélioré
– Des propositions pour pallier aux contraintes de développement des filières sont élaborées
Partenaires ASARA / AINARicin :
CTAS, AVSF, EFA

Miel :
WHH, Care / FRDA

Haricot / Niébé :
CTAS, CRS / CITE, AVSF, WHH, PAM, ADRA, Care / FRDA

Caprine :
GRET, AVSF

Contact

Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH

« Résilience par Chaînes de Valeur »

Claudia Maier

Villa Ampotatra
Boulevard Gallieni
Fort Dauphin 614

gizdcvmg@giz.de